Tous les articles par Laurence

Gérer le stress des chats, c’est possible

Comme la plupart des êtres vivants, les chats peuvent faire l’expérience du stress. Ce sont toujours les mêmes facteurs qui le déclenchent : changement, conflit, sentiment d’avoir peu de prise sur les évènements. Mais le stress peut se gérer, et une étude, publiée dans le Journal of Feline Medicine le 22 juin et menée par l’école vétérinaire de l’université de Barcelone, montre de quelle manière. Elle souligne en effet quelles sont les causes du stress des chats domestiques et les moyens d’y remédier. Le stress apparaît suite à un changement dans l’environnement du félin, ou si cet environnement ne permet pas à l’animal d’exprimer les besoins propres à son espèce : chasse, grimpe, grattage/griffades. Une relation chat-humain plutôt pauvre ou un conflit avec un autre chat sont également des sources de stress.

Les chercheurs ont remarqué que ce ne sont pas forcément les conditions qui créent le stress (qu’elles soient physiques, sociales ou issues de la façon dont le propriétaire s’occupe de son chat) : la personnalité de chaque chat et sa propre façon de « gérer » ces émotions et changements a aussi un rôle important.

Le stress chez les chats est une problématique sérieuse puisque les troubles comportementaux qui en dérivent (agressivité, comportements compulsifs, troubles de l’élimination) entraînent souvent des abandons voire des euthanasies. Il peut en outre déclencher des maladies graves comme l’anorexie, l’hyperesthésie féline ou du pica. Les chercheurs finissent enfin par quelques suggestions afin de minimiser le stress, notamment un protocole en 3 phases permettant de réduire les conflits entre chats, d’enrichir l’environnement et d’offrir une zone de « repli » au chat qui lui servira de refuge pour s’apaiser.

(source : NewStat 25 juin)

Plantes pouvant causer des effets graves et potentiellement mortels

Arbustes décoratifs

Le latex qui suinte des feuilles ou des tiges des « caoutchoucs » est dangereux pour un chat : il s’intoxique après avoir mordillé la plante ou s’être simplement léché après s’être frotté contre la plante. Le dieffenbachia, le philodendron et les ficus sont particulièrement à craindre. Le contact avec le latex peut entrainer des brûlures au niveau de la bouche, des ulcérations oculaires, des vomissements et des lésions rénales.

Il faut aussi se méfier des yuccas, dont l’écorce, les racines et les feuilles sont toxiques.

La grande famille des lys

Les lys et les hémérocalles, souvent présents dans les bouquets de fleurs coupées, sont susceptibles d’entraîner une insuffisance rénale aiguë mortelle chez un chat. Toutes les parties de ces végétaux (même le pollen !) sont hautement toxiques. Sans traitement rapide, le pronostic est très mauvais : le chat peut décéder en quelques jours.

Les accidents sont fréquents, surtout au moment de Pâques. Lorsque les circonstances de l’intoxication sont connues, il apparaît que le chat a sauté sur un meuble pour accéder au bouquet. Les fleurs de lys sont donc attractives pour lui. Il faut faire très attention à placer les vases hors de portée du chat.

Azalées et rhododendrons

Comme pour les lys, toutes les parties de ces plantes sont toxiques pour les chats. L’ingestion d’une petite quantité entraine des irritations buccales et des troubles digestifs bénins mais, à forte dose, ces plantes peuvent perturber les contractions musculaires ainsi que celles du cœur. Le foie peut également souffrir de l’absorption de ces plantes.

Muguet

Il existe un risque de troubles cardiaques chez un chat qui ingère des feuilles ou des fleurs de muguet en quantité importante. L’espèce féline est celle pour laquelle les intoxications au muguet sont les plus fréquentes.

De plus en plus d’intoxications par le cycas du Japon

Les cycas sont des plantes qui poussent naturellement en zones tropicales mais qui sont de plus en plus utilisées comme plantes d’agrément en Europe. Bien que les feuilles portent des piquants, la plante n’en est pas moins appétente. De graves intoxications par le cycas du Japons sont décrites. Malgré des soins intensifs, la mortalité peut atteindre 50 %, principalement en raison de l’installation d’une insuffisance hépatique.

Une plante exotique dangereuse : Anemanthele lessoniana

Anemanthele lessoniana est une graminée originaire de Nouvelle-Zélande d’environ 80 cm de haut dont le feuillage vire au roux à la fin de l’été. En France, cette plante est souvent vendue sous l’appellation « sirocco » : elle est de plus en plus plantée en extérieur. Elle représente un danger pour les chats car ce végétal est porteur de petits épillets qui se fixent volontiers dans le palais et la gorge des chats, provoquant des difficultés respiratoires.